Prendre la Route (récit)

En cours d’écriture…

En 1980, partir en stop, sac à dos, sans esprit de retour, était un moyen séditieux d’embrasser l’espace qui s’ouvrait devant soi en ayant une approche explosive du monde. C’était poursuivre, aux quatre coins de la planète, l’idéal d’une revendication de liberté absolue en menant une existence antisociale. Mettre les bouts aux bords des routes, c’était former le projet incandescent de trajets vertigineux où la dérive rejoignait l’utopie dans le grand bordel de la vie intérieure. C’était faire de l’improvisation une plongée dans le hasard de situations à vivre. C’était s’inventer un destin en parvenant à faire un usage sensoriel de la vie avec l’espoir – formule heureuse – de trouver un petit coin de paradis qui allie ciel, terre et mer. Mais partir, c’était surtout prendre congé des règles du jeu de son milieu en entrant dans la clandestinité comme des gyrovagues en quête de soulèvements. Transgresser tous les ordres dans l’éblouissement des vapeurs de hash et les décoctions hallucinatoires de « datura ». Macérer, enfin, des béatitudes à étincelles puis dormir à la fraîche, comme des trimardeurs sans feu ni lieu, dans l’haleine des hérissons…

Nombre de pages : … / Prix : 8€


Aperçu

1788_001-page-001

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s